Xavier BARA

Chercheur du Centre d’études de sécurité et défense

Retour

Biographie

Officier de cavalerie et d’état-major, géopolitologue, historien.
Le premier lieutenant Xavier Bara commence son service actif dans l’armée belge en 1994, dans un esprit « pour le Roi et la Patrie ». Il alterne les statuts de militaire de carrière (service à temps plein), de réserviste opérationnel et, depuis 2019, à nouveau de militaire de carrière. Le bataillon de Chasseurs à Cheval (cavalerie légère de reconnaissance) est son corps d’appartenance et de cœur. En 1998, il enrichit son expérience au Centre d’entraînement de commandos. Après de nombreuses années dans la troupe, il est nommé officier dans la cavalerie blindée. En 2009, il est affecté au 2/4 régiment de Chasseurs à Cheval et en 2011 au bataillon de Chasseurs à Cheval ISTAR (Intelligence – Surveillance – Target Acquisition – Reconnaissance). Il développe ses compétences d’état-major principalement dans la branche 2/analyse du renseignement et, en 2019-2020, en tant qu’officier d’état-major adjoint Opérations et Formation (AS3) au sein du bataillon ISTAR, escadron d’état-major et de service. En 2022, il est diplômé conseiller en droit des conflits armés au Collège de défense. En tant qu’instructeur à l’École royale des sous-officiers de 2021 à mi-2023, le premier lieutenant Bara enseigne l’organisation militaire et le droit des conflits armés et forme les futurs instructeurs militaires. Depuis juillet 2023, il est chercheur au Centre d’études de sécurité et défense (CESD), responsable de la ligne de recherche « Indo‑Pacifique »..

Diplômé de l’université de Liège et de l’université d’Osaka (Japon), il est titulaire d’un doctorat en politique internationale. Il réside au Japon entre 2003 et 2012, où il travaille comme chercheur à l’Osaka School of International Public Policy (OSIPP) et participe, avec le ministère de la Défense japonais et divers think tanks, à des activités dans le domaine de la géostratégie, de la politique de sécurité et de défense ou des affaires militaires.

En tant qu’expert en histoire, il a mené des recherches sur les conséquences militaires de la révolution industrielle de 1848/66, en particulier sur les études de cas concernant la rivalité austro-prussienne en Allemagne et en Italie et l’influence occidentale sur la modernisation des armées japonaises de la fin de la période shogunale (Bakumatsu) et du début de la période impériale selon le modèle hollando-prussien.